Du 25 Août 2020 au 6 septembre 2020, le président Ivoirien Alassane Ouattara aura un court séjour en France. Un séjour, qui s’effectue dans un contexte de haute tension, et qui soulève de nombreuses interrogations, eu égard à sa décision de briguer un nouveau mandat à la prochaine élection présidentielle, jugé par de nombreux analystes comme une candidature illégitime.

A côté de son séjour privé sous le prisme des vacances, le président ivoirien devrait vraisemblablement s’entretenir avec le président français Emmanuel Macron, qui avait soutenu publiquement il y a peu, la décision de Ouattara de ne pas se présenter à un troisième mandat et de passer la main à la jeune génération.  L’occasion sera donc donnée à chacun de mettre les choses au clair, après la volte-face du président ivoirien.

Dès lors, il s’agit de savoir ce qui justifie la nécessité d’une telle visite du président ivoirien ? C’est un secret de polichinelle: les dirigeants français ont une mainmise très grande en Afrique francophone, et ceux-ci, peuvent décider du sort d’un dirigeant africain.

Ouattara va-t-il chercher l’onction de la France ?

En effet, il est clair que Ouattara doit pouvoir bénéficier du soutien et de l’appui de la France pour mener à bien son projet. Jusqu’ici, depuis le rétropédalage de celui-ci, c’est silence radio du coté de l’Élysée.

ouattara en france pan-eco

Et si la décision du président Ouattara de se représenter pour un troisième mandat servait plutôt les intérêts de la France ?

Nous le savons tous, il y’a peu la France a décidé de changer la monnaie coloniale(le FCFA) en ECO, dans les pays francophones de l’Afrique de l’ouest, afin de nuire au projet d’union économique et monétaire de la CEDEAO.

Et le président Ouattara comme à l’accoutumée s’est érigée comme porte-parole de la France, dans le but de convaincre ses paires de l’UEMOA et créer un blocus à la mise en place de la monnaie unique de la CEDEAO. ce qui a provoqué le courroux du président nigérian Muhammadu Buhari, qui le traitait alors de “traitre.”

les négociations étant toujours en cours, est ce que le départ du président Ouattara de la présidence de la côte d’ivoire et éventuellement de celle de l’UEMOA, ne serait pas nuisible aux intérêts de la France ?

Mais, quand est-ce que les dirigeants africains vont rompre avec l’habitude d’aller faire des courbettes au maitre blanc ?

Macron-et-Ouattara-1-3

L’Afrique, dans sa configuration actuelle a besoin des hommes forts, de leaders charismatiques qui peuvent prendre des décisions pour l’intérêt de leur peuple, et non des hommes assoiffés de pouvoir qui sont prêts à tout pour se maintenir aux affaires.

Il est normal que la situation en Côte d’Ivoire cristallise l’attention. L’on se souvient encore de la crise postélectorale de 2010 qui avait fait de nombreux morts et qui avait été marquée par l’arrestation de Laurent Gbagbo, transféré par la suite à la Haye.

Depuis, la Cote d’Ivoire a connu des années de paix, mais les rancœurs du passé sont encore très présentes dans le cœur de nombreux Ivoiriens, et il suffit de peu pour mettre le feu dans cette poudrière. D’ailleurs, depuis l’investiture d’Alassane Ouattara, on a assisté à des manifestations violentes dans certaines zones du pays avec une réaction musclée du gouvernement.

Ce séjour en France du président ivoirien vient donc remettre au menu du jour le rôle de la France dans les élections des dirigeants en Afrique. Qu’adviendra t’il si Ouattara avait le soutien de la France ? Ou pire, si celui-ci venait à ne pas l’avoir ? inutile de dire que la Cote d’Ivoire n’a pas besoin d’un autre bain de sang, alors que le pays a mis du temps à cicatriser de ses blessures.

Espérons que la situation en côte d’Ivoire ne sera pas chaotique cette fois ci, et qu’on assistera à des élections libres et transparentes où le vainqueur sera le candidat du consensus.

Seul l’avenir nous le dira…

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici