Le rapport de la banque africaine de développement (BAD) sur le degré d’ouverture des pays d’Afrique vis à vis des ressortissants des autres pays du continent intitulé ‘’visa oppeness index report’’ 2020, conjointement publié avec l’union africaine(UA) classe pour la cinquième fois consécutive les SEYCHELLES comme le pays africain le plus ouvert en matière de visa.

une île située dans l’archipel des Seychelles

Situé dans l’océan indien, l’archipel des Seychelles n’exige, pas de visa aux ressortissants des autres pays du continent. Véritable el dorado touristique, d’aucuns justifient cette ouverture par le fait de son éloignement, qui constituerait déjà une barrière. naturelle.

ET LES AUTRES

 « M’inspirant de l’expérience du Rwanda, j’ai décidé que le Bénin n’exigera plus de visas aux africains. La coopération sud-sud peut avoir un vrai sens. Mon espoir est que la coopération entre le Rwanda et le Bénin peut servir d’exemple ».

Par cette déclaration du président Patrice TALON d’Août 2016 alors en visite au Rwanda, le Bénin prenait l’engagement solennel et sans équivoque de faire écho à la libre circulation des personnes (africains) sur le continent. Comme pour joindre l’acte à la parole, un document du consulat général du Bénin à Paris daté du 10 janvier 2017 rapporte que “les ressortissants de 31 pays du continent sont désormais exemptés de visa d’entrée au Benin pour des séjours d’une durée n’excédant pas 90 jours’’.

Les autorités béninoises ne se sont pas arrêtées en si bon chemin. Le ministère béninois des affaires étrangères et de la coopération a annoncé en cette année 2020 que “tous les ressortissants des 53 pays africains peuvent entrer au Bénin et circuler librement pendant une période de trois mois soit 90 jours’’ et ce, suivant un principe de NON RECIPROCITE. Lequel implique renchérit le communiqué dudit ministère, qu’au-delà de la CEDEAO et de l’UEMOA, les béninois doivent vérifier les conditions d’entrée dans les autres pays avant tout voyage.

paysage Benin

Il s’agit là tout naturellement d’un élargissement du PROTOCOLE A/P/1/5/79 SUR LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES EN DROIT DE RESIDENCE ET D’ETABLISSEMENT DE LA CEDEAO SIGNE LE 25 MAI 1979. Ledit protocole prévoit déjà que ‘’les ressortissants des 15 Etats membres de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest(CEDEAO) et les 08 de l’union monétaire ouest africaine peuvent circuler librement pendant une période de 03 mois au sein de la communauté ou de l’union.

La grande surprise de ce classement est la GAMBIE. De pays qui n’offrait pas la possibilité d’obtenir un visa ne serait-ce qu’à l’arrivée il y’a un An, elle a contre toute attente rejoint les Seychelles et le Benin dans le cercle encore fermé des pays autorisant l’entrée sur leurs territoires sans visa aux africains. Elle surclasse logiquement le Sénégal (qui perd une place), le Ghana (5e) et le Rwanda (6e).

C’EST QUOI L’INDICE D’OUVERTURE SUR LES VISAS EN AFRIQUE ?

C’est en réalité une étude indiciaire menée chaque année depuis 2016 par la banque africaine de développement conjointement avec l’union africaine dans le but d’illustrer les efforts des uns et des autres engagés dans la voie de la libre circulation des africains en Afrique.

Pour ce faire, les 54 Etats que compte le continent sont notés en 03 catégories :

-catégorie VISA REQUIS qui regroupe ceux des pays qui exigent un visa au départ ;

-catégorie VISA A L’ARRIVEE regroupant les pays qui recommandent délivrance du visa à l’arrivée au pays de destination avec les renseignements de formalités et le paiement de frais y afférents ;

-la catégorie PAS DE VISAS où aucune exigence sur le visa n’est recommandée.

Les notes en elles-mêmes sont comprises entre 0 (pour le plus fermé des pays) et 1 (le plus ouvert).

Certes l’indice 2020 est encourageant, beaucoup néanmoins reste à faire. La vitesse de croisière sera certainement atteinte à partir du 1er janvier 2021, date du démarrage des échanges commerciaux dans le cadre de la ZONE DE LIBRE-ECHANGE CONTINENTALE AFRICAINEA (ZLECAF)

« Comme montre l’évolution des répercussions de la pandémie de covid-19, les pays doivent de plus en plus regarder au-delà de leurs frontières nationales pour améliorer leurs perspectives économiques. L’ouverture sur les visas aidera l’Afrique à repositionner sa croissance à venir » a déclaré à juste titre KHALED SHERIF, vice-président de la banque africaine de développement, chargé du développement régional, de l’intégration régionale et de la prestation de services.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici