Le Mali a vécu les semaines précédentes une instabilité exceptionnelle due aux protestations anti IBK par le mouvement du 5 Juin dont l’imam Dicko est le leader ayant abouti à la démission du président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Devant ce changement politique, il y a en fait un risque considérable que l’économie malienne s’enlise car fragilisée par la pandémie du Coronavirus.

Explications des faits

L’agence AZA qui est spécialisée en circulation monétaire a rendu une analyse alarmante au sujet de la situation qui prévaut au Mali et qui risque de faire déraper l’économie. Dans sa parution hebdomadaire, la structure déclare par la voix son Chief Risk Officer Michael Nderitu :“Dans les heures qui ont suivi la prise du pouvoir par les militaires, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a annoncé des restrictions protectrices sur les flux de fonds hors du pays vers les États membres”.

Ce qui pose problème ici est que comme la BCEAO est sous garantie du Trésor Français et que ce dernier n’assure pas cette garantie en cas de fluctuation incertaine c’est-à-dire une instabilité politique qui peut entrainer des risques pour les investissements, alors le pays peut se retrouver à cours de monnaie à mesure que la situation politique ne se stabilise pas. Le défi pour la junte militaire est aujourd’hui de ramener le calme au plus vite afin de sauver les secteurs clés comme l’agriculture dont le pays dépend fortement.

Le cas du Nigeria fait école

Pour bien comprendre le risque que court le Mali à mesure que la situation politique reste incertaine, il faut observer le Nigéria, pays ayant pour monnaie le naira et qui de temps en temps souffre d’une rareté des billets ; ce qui a pour conséquence la baisse de la valeur monétaire dans les échanges internationaux. Le naira est donc passé de 475 à 480 unités pour un dollar dans le marché non officiel.

Par ailleurs au mois de juillet, l’inflation a augmenté, passant de 12,56 % à 12,82 %, ceci notamment à cause de la hausse du coût des aliments et des autres produits de base. “Nous prévoyons que les niveaux demeureront plus faibles au cours des prochains jours, car les vols internationaux alimenteront la demande en dollars”, estime Aza.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici