L’Afrique, le parent pauvre de la mondialisation dont les médias occidentaux ne rappellent souvent que les tristes images liées à la pauvreté, aux guerres civiles, aux épidémies et aux famines, offre aussi une vision plus positive dans les réussites et les succès sportifs.

Que ce soit dans le football, le tennis, le handball ou encore le basket-ball, le sport africain s’est vu exploser à travers les incroyables talents qu’il regorge à son sein tels que : Roger Milla (football), Joel Ayayi (basket-ball), Toky Ranaivo (tennis). Ils ont su conquérir le monde sportif et mis en avant leur continent. Face aux européens, ils se sont imposés et se sont démarqués en remportant des différentes coupes leur permettant de se hisser au rang des légendes.

les champions camerounais

Le cas du Cameroun

Le football est certainement le sport le plus connu au Cameroun, mais il n’en est pas moins marqué par la diversité des disciplines pratiquées sur ce territoire. Les sports collectifs tels que le basket-ball, le volley-ball, le handball etc, ne sont néanmoins pas en reste et voient leurs qualifications aux compétitions continentales et internationales être de plus en plus fréquentes. Ceci est la preuve que malgré les inondables problèmes que rencontrent ce milieu, ce dernier a une lumière au bout du tunnel.

Voici un pays qui a toujours été critiqué par le monde sportif et par ses citoyens en particulier du fait qu’il soit dans l’incapacité de produire des actes pouvant contribuer au développement du sport mais surtout des sportifs camerounais.

Tous ces amendements font suite aux manques d’infrastructures et à la mauvaise gestion que subit le ministère des sports et de l’éducation physique. Donnant pour résultat les problèmes d’égo entre les différents acteurs, dus à l’ambiguïté des statuts internes à la plupart des fédérations, les rapports tumultueux entre présidents des fédérations, les membres des bureaux exécutifs, les ligues régionales et départementales, les mauvais résultats sportifs aux compétitions nationales et internationales. Mais surtout au retrait de la CAN précédente qui était prévue au Cameroun mais a été obligé d’être retiré à la dernière minute au profit de l’Egypte pour faute d’infrastructures.

Face à toutes ces remarques, le gouvernement camerounais s’est lancé un défi. Celui de rehausser la crédibilité et la visibilité du milieu sportif Camerounais.

En 2018, une nouvelle loi voit le jour. La loi N°2018/014 du 11 juillet 2018 portant sur l’organisation et la promotion des activités sportives physiques au Cameroun. Cette loi apporte une peinture neuve dans ce milieu, en le mettant au stade d’élément primordial de tous les camerounais.

Au-delà de cette loi, on assiste à la construction des infrastructures dans tout le territoire camerounais. Ainsi, nous pouvons citer deux stades à Douala, un stade à Yaoundé, un stade à Bafoussam, un stade à Limbe sans oublier la construction des autoroutes comme Douala-Yaoundé… des sites d’hôtelleries et quelques gymnases.

De ce fait, l’Etat camerounais met toutes les dispositions en place pour pouvoir soutenir et rehausser les différentes pratiques sportives car qui dit explosion du sport au Cameroun dit développement de ce beau pays.

Beaucoup a été fait et Beaucoup reste encore à faire !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici