Pourquoi Le système éducatif camerounais, pèche par son inadéquation entre l’offre et la demande, au regard des réalités rencontrées sur le terrain ? c’est la question à laquelle nous essayons de répondre dans cet article.

Le système éducatif actuel du Cameroun est très critiqué et moins apprécié tant sur le plan régional qu’international. Les pays étrangers s’accordent aujourd’hui sur le fait de sa caducité. La raison étant que le modèle reçu après l’indépendance qui avait pour but, la formation des cadres pour la fonction publique est tout simplement devenu obsolète.

En effet, il existe un grand faussé entre la formation octroyée dans les écoles et les attentes des entreprises. Ce qui justifie le taux de chômage élevé. 

Des études menées par le Fonds national de l’emploi (FNE) illustrent à dessein ce déséquilibre. Il en ressort que, plus de 65% des camerounais sont diplômés aux ressources disproportionnées, pour répondre aux besoins qualificatifs et quantitatifs du monde de l’emploi. Mais paradoxalement, on ne comprend toujours pas pourquoi la majorité de ces jeunes diplômés est encore au chômage.

Ou pire encore, lorsqu’ils parviennent à trouver un emploi, il est toujours au rabais. C’est-à-dire, inférieur à leurs diplômes. C’est dans ce sens que par exemple on retrouve dans certaines entreprises une secrétaire avec un master 2 en comptabilité. Ou pire encore, un coursier avec une licence en informatique ou en physique.

Les causes

La vérité est qu’une carence a été observée au niveau de la formation de la jeunesse, de leur orientation et surtout du contenu de leurs formations. Au bout du parcours universitaire, le diplôme ne confère à cette jeunesse aucune technicité et encore moins les aptitudes pratiques pour répondre aux exigences des entreprises. Au vu de cette étude et de son pourcentage élevé, il va sans dire que le taux de chômage des diplômés du supérieur, est un poids que les pouvoirs publics traînent.

Même si de façon conséquente les licences professionnelles ont apparu à une époque comme étant la solution à ce problème. Il n’en demeure pas que les contenus des formations et les compétences de ces diplômés en licence professionnelle, laissent toujours à désirer.

A ce propos, tous les acteurs de la société s’accordent d’ailleurs sur la nécessité d’une réforme globale et spécifique du système éducatif camerounais. Grâce à la formation des jeunes, aptes à répondre aux besoins du marché, l’on peut espérer que cela permette de soutenir leur accès à un emploi de valeur. Ainsi, une recherche appliquée répondant aux besoins des entreprises du Cameroun et aux préoccupations de la société s’imposent. Malgré quelques avancées, des problèmes qui demeurent au niveau du système éducatif sont caractérisés par la faiblesse de l’offre d’encadrement, du matériel pédagogique et de l’insuffisance des infrastructures et des équipements. Le faible taux de réussite aux examens officiels en est une autre illustration. Ce bas niveau de performance ajouté à l’inadéquation formation-emploi ne permet pas de préparer efficacement les jeunes à affronter le marché de l’emploi aujourd’hui exigeant et évolutif.

A l’heure de la mondialisation, il y a nécessité d’ouvrir notre système éducatif, aux secteurs porteurs d’emplois. Par ailleurs, il serait plus concret de mettre des systèmes de formation en alternance pouvant garantir aux entreprises, des profils formés pouvant répondre aux canons du marché de l’emploi et des secteurs de production.

Les plateformes innovantes pour la facilitation des recrutements

Au fil des innovations technologiques, de nouveaux outils de recrutement ont pris leur essor. A l’observation, le paysage du recrutement tend, à se métamorphoser. Les entreprises se dirigent de plus en plus vers des portails d’emploi en ligne pour la recherche des candidats. Puisque ces portails simplifient, non seulement la tâche des recruteurs, en leur offrant des curricula vitae de bonne qualité et faciles à trier, mais facilitent également l’insertion professionnelle des chercheurs d’emploi.

Le Career center de Sup de Vente : la plateforme de recrutement ...

Dans l’optique de donner la possibilité aux chercheurs d’emploi d’avoir des chances égales, et aux entreprises de recruter un personnel qualifié, des portails d’emploi internationaux sont déjà opérationnels au Cameroun. Et cela à travers les montages et les réceptions de curricula vitae qui inondent les bureaux des ressources humaines. Désormais, les dossiers au format numérique deviendront la norme.

« Des solutions innovantes de surface » qui, à long terme, pourront certainement faciliter l’insertion professionnelle des jeunes. Mais sans un travail de fond, absolument rien ne pourra véritablement changer. Car notre système éducatif a lui-même besoin de plusieurs mises à jour. Et pour cela, il doit d’abord lui aussi retourner à l’école : L’école de la mondialisation.

#PanEco

#SystèmeEducatifCamerounais

#LesDiplomesNeValentPlusRien

2 COMMENTAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici