Le 28 Aout 1963, devant le Lincoln Mémorial à Washington D.C, un homme prononça un célèbre discours contre la ségrégation raciale aux USA ; discours resté dans les mémoires.

57 années plus tard, le « I HAVE A DREAM » de Martin Luther King a-t-il trouvé un écho favorable ?

Analyse

La question du racisme envers les Noirs s’est toujours posée au fil des siècles, et si on observe un net ralentissement par rapport aux années d’esclavage, le problème n’a pas disparu pour autant.

Aux USA, et partout dans le monde d’ailleurs, le racisme a un ancrage culturel et on a toujours tendance à voir les Noirs comme de sous hommes.

Les combats pour la cause noire se sont succédés au fil du temps, sans réellement mettre un terme au problème de racisme sociétal. Un homme en particulier a joué un rôle majeur dans la considération de l’homme noir comme un « être humain à part entière » et non un « être entièrement à part » : il s’agit de MARTIN LUTHER KING.

Martin Luther King, un pasteur afro-américain, a été l’une des figures de proue du mouvement des droits civiques des noirs américains aux États-Unis. Il a eu l’audace de s’ériger comme un porte étendard d’une cause, à une époque où la ségrégation raciale battait son plein. Ses actions ont permis d’aboutir à une société plus juste, même si l’équité et l’égalité recherchées peinent à emboiter le pas.

martin Luther king discours 1963, copyright DR

Le 28 Août 1963, devant plus de 250 000 manifestants, il prononça un discours pour appeler à la fin du racisme. Pour lui, depuis la proclamation de l’émancipation en 1863, « un siècle plus tard, le Nègre n’est toujours pas libre ». « Il y a cent ans, un grand américain, dans l’ombre symbolique duquel nous nous tenons aujourd’hui, a signé la proclamation d’émancipation ». Cet acte a eu pour effet, de libérer plusieurs Noirs. Mais pour lui, beaucoup restait encore à faire :

« je fais le rêve qu’un jour cette Nation se lèvera et vivra le vrai sens de sa foi : « nous tenons ces vérités comme allant de soi, que les hommes naissent égaux ».

Il va sans dire que ce ras le bol découlait d’une forme d’inertie ou les Noirs, malgré leur émancipation, peinait à faire valoir leurs droits civiques. Pour Martin Luther King, « nous ne sommes pas satisfaits et nous ne serons satisfaits que le jour ou la justice se déversera comme un torrent et la droiture comme un fleuve puissant ».

Martin ambitionnait de voir une société plus juste, ou les droits fondamentaux des individus sont respectés et ou les Noirs sont pris en considération.

« Je fais le rêve qu’un jour chaque vallée s’élèvera et chaque colline et montagne sera aplanie, les endroits rugueux seront lissés et les endroits tortueux redressés, et la gloire du Seigneur sera révélée et tous les êtres faits de chair la verront ensemble ».

En 1964, son combat contre la ségrégation raciale s’est vu récompensé par un prix Nobel de la paix.

Martin Luther King prix Nobel 1964

Le changement espéré est il d’actualité ?

Martin Luther King a fait un rêve il y a 57 ans. Sa vision s’est matérialisée dans une certaine mesure, et même si aujourd’hui on a des textes normatifs qui prônent l’égalité des êtres humains, il faut dire que dans la pratique, leur mise en application reste mitigée. On observe çà et là des abus envers les Noirs sous le regard complice de la communauté internationale.

Alors ? Est-ce pour autant que les Noirs doivent se résigner ?

L’assassinat de Georges FLOYD par des policiers blancs dernièrement nous a fait comprendre une réalité : les Noirs ne pèsent pas. On pourrait faire une transposition avec la communauté juive ou le peuple chinois et très vite se rendre compte que ces personnes ont reçu une quasi immunité du fait de leur puissance économique. Ces deux peuples, victimes des tristes abus dans les années antérieures ont su s’affirmer et se faire RESPECTER par le travail, la solidarité, les innovations etc…, et non par les jérémiades.

Si les Noirs de par le monde veulent faire disparaitre le racisme, ils doivent se mettre ensemble, travailler main dans la main, devenir puissants économiquement et après, ceux-ci auront le respect des autres peuples.

Le village planétaire dans lequel nous vivons aujourd’hui ne comprend qu’un seul langage : CELUI DE L’ARGENT.

METTONS NOUS RESOLUMENT AU TRAVAIL pour que le rêve de Martin Luther King s’accomplisse : « Enfin libres ! Enfin libres ! ».

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici