Dans un pays où le fisc représente le socle des revenues de l’Etat, comment concilier les intérêts de cet Etat d’une part, et encourager l’investissement privé d’autre part ? Voici tout le fond du problème que pose le système fiscal camerounais dans la promotion du développement économique local.

« On a beau payé l’impôt » disent certains contribuables, « mais nous n’avons jamais compris l’état de nos routes, de notre développement économique et social ». Bref, le fisc camerounais est devenu une gangrène pour les camerounais. Alors, le système fiscal camerounais est un atout ou une entrave au patriotisme économique ? Voici quelques éléments de réponses.

Le patriotisme économique, c’est quoi ?

l'argent des camerounais doit rester entre les mains des camerounais

En français facile, le patriotisme économique désigne le comportement des nationaux d’un pays tendant à favoriser et promouvoir la consommation des produits locaux au détriment de ceux extérieurs.

Autrement dit, c’est une politique économique intravertie, qui devrait être intégrée dans l’esprit de tous les camerounais, afin de favoriser la consommation des produits nationaux. En clair il faut consommer « made in Cameroon » au lieu des autres produits « venus d’ailleurs ».

La fiscalité camerounaise au service de la survie et du développement économique…

Comme il a été relevé plus haut, le fisc joue un rôle très capital dans les revenus des pouvoirs publics. L’impôt contribue à :

  • Développer les infrastructures de la république (routes, voies de télécommunication, électricité, hôpitaux, eaux…). Ainsi, lorsque les routes sont bonnes, la santé des citoyens est assurée, la population travaille efficacement, les entreprises exploitent la route. Ne dit-on pas souvent : « où la route passe le développement suit ? ».
  • Sécuriser les personnes et les biens des camerounais et étrangers.
  • Régler certaines dépenses de l’Etat.

De façon sommaire, l’impôt est obligatoire pour le développement du Cameroun. De tout ce qui précède, quelles sont les difficultés liées au système fiscal camerounais ?

Le système fiscal camerounais face aux problèmes quotidiens.

Entre plaintes des contribuables, imperfections de rendements, détournements de fonds et malversations financières, lequel des problèmes devrait être considéré comme dangereux pour la sécurité du fisc camerounais ? Pour cela, au quotidien, la direction générale des impôts et ses multiples services déconcentrés et partenaires font face à moult difficultés. Les principales sont entre autre :

  • Les réticences ou les retards des contribuables dans le paiement de l’impôt ;
  • Certains personnels incompétents, indignes et corrompus ;
  • Les lenteurs administratives dans la délivrance des titres ou documents justificatifs du paiement des frais et autres pièces justificatives ;
  • Aussi, les différentes crises actuelles sont des motifs valables. En effet, les crises sécuritaires et sanitaires (BOKO HARAM, SITUATION DU NOSO, et par extension la pandémie du COVID-19 apparue depuis quelques mois) constituent des obstacles au développement économique local.

De façon concrète, les problèmes du système fiscal camerounais s’articulent autour des difficultés infrastructurelles, mécaniques ou techniques, aux ressources humaines, aux moyens matériels et documentaires.

FISCALITE CAMEROUNAISE, ENTRAVE AU PATRIOTISME ECONOMIQUE ?

taxes

Il existe plusieurs situations qui portent à croire que le système fiscal freine le développement économique local. En effet, plusieurs entreprises sont dépendantes des procédures fiscales alourdissantes, pour ne pas dire toutes les entreprises camerounaises.

Le fait d’imposer un taux fiscal lourd pourrait empêcher le développement de l’investissement local. Au Cameroun, certaines entreprises locales se plaignent en disant que « tout leurs revenus sont redirigés vers les services fiscaux ». Ce qui sous-entend qu’elles ne travaillent que pour le fisc. Ce qui est souvent dur  à supporter.

La conséquence première est le risque de fermeture des entreprises ne s’étant pas acquittées. Il n’est pas rare de voir des boutiques, des entreprises fermées ou scellées pour motif fiscal. En clair, au Cameroun, un entrepreneur peut faire échouer toute son entreprise à cause d’un impôt (colossal).

Le fait de réclamer de l’impôt aux producteurs locaux est un danger pour la survie de l’entreprenariat local. Par exemple, pourquoi menacer un petit producteur d’huile de palme parce qu’il n’a pas payé l’impôt ? En définitive, la pression fiscale peut par fatalité, décourager les investisseurs camerounais.

Quel remède pour l’amélioration du système fiscal camerounais ?

Les propositions de solution s’adressent en priorité à tout camerounais sans distinction. Pour mieux favoriser la consommation des produits camerounais, voici quelques astuces à mettre en marche :

  • Alléger tout d’abord les procédures de déclaration au fisc. En fait, les lourdeurs administratives dans la procédure fiscale est un obstacle comme il a été dit plus haut. L’Etat doit faciliter les conditions de forme d’obtention des documents fiscaux. Par exemple, la procédure électronique peut suppléer les déclarations présentielles ou physiques (considérées traditionnelles ou classiques).
  • Conscientiser et sensibiliser les camerounais dans la promotion et le soutien des entreprises locales ;
  • Sécuriser les biens, les services et les personnes faces aux agressions physiques, pathologiques ou diverses ;
  • Réduire ou franchiser même le taux d’imposition aux entreprises locales. En fait, l’Etat pourrait même accorder des années de gratuites aux contribuables afin de mieux se mouvoir dans l’univers économiques.
  • Aux entrepreneurs, promouvoir la sincérité des comptes, des chiffres d’affaires et des capitaux.
  •  Favoriser l’exportation et la collaboration avec l’extérieur afin de mieux épuiser les produits locaux à l’échelle communautaire, régionale et mondiale.

En quelques mots, un bon patriotisme économique passe par une bonne politique d’implémentation fiscale. Le système fiscal camerounais, à l’ère actuelle ne constitue pas un atout majeur capable de renforcer le sort économique des entrepreneurs locaux. De façon globale, la fiscalité camerounaise constitue un grain de sable dans le plat des producteurs locaux qui sont confrontés d’une part à la concurrence extérieure et d’autre part à la pression fiscale nationale. Tiré de tous les côtés, comment un jeune camerounais pourrait-il s’imposer dans un sens de développement positif ? Dans tous les cas, l’optimisme camerounais pourrait redresser les situations. car petit à petit, des mouvements et des appels de prise de conscience se font entendre de part et d’autre.

#Pan-Eco

#FiscalitéDesEntreprisesCamerounaises

#PatriotismeEconomique

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici