La crise sanitaire d’envergure mondiale qui frappe l’humanité comme une nébuleuse n’épargne pas le Cameroun. Le pays d’Afrique au Sud du Sahara, qui regorge d’un système sanitaire assez fragile, peu évolué et mal structuré, court le risque de payer le lourd tribut de cette pandémie mondiale si les mesures strictes ne sont pas appliquées pendant qu’il est encore temps. Heureusement nous avons une jeunesse dynamique qui ne souhaite plus être reléguée au rang de followers passifs.

La jeunesse dit non au Covid-19 auCameroun.

portique de désinfection contre le covid 19
portique de désinfection contre le covid 19

Pendant que les partis politiques camerounais critiquent le silence du président Paul Biya face à l’ennemi qui touche la population camerounaise, la jeunesse quant à elle, développe de nouvelles stratégies pour vaincre ce dernier.

Une jeunesse parfois sous-estimée et négligée, elle se retrouve aujourd’hui au premier rang des acteurs qui disent NON au Covid-19 au Cameroun. Malgré le manque de ressources financières, elle met néanmoins sa capacité intellectuelle en vigueur pour sauver son pays.

C’est dans cette optique qu’une équipe de jeunes chercheurs dans la ville de Bafoussam travaille à des solutions technologiques : Il s’agit des ingénieurs de l’Agence Universitaire pour l’Innovation (AUI) qui viennent de fabriquer des portiques de désinfection.

En effet, il s’agit d’un dispositif de prêt de 3 mètres en aluminium. Il est équipé de capteurs qui ne laissent pas de faille au virus. Il désinfecte le corps tout entier. Cet appareil intelligent sera placé dans tous les centres commerciaux, les institutions privées et publiques ainsi que les espaces publics. Plusieurs autres jeunes optent pour les solutions locales dans la lutte contre le Coronavirus.

C’est le cas par exemple des étudiants de l’école superieure de polytechnique de l’université Cheick Anta Diop qui se sont lancés dans la production des masques et des gels hydroalcooliques. L’initiative de ces étudiants a permis à ce jour de doter une centaine d’étudiants en masques et en gels hydroalcooliques.

gels hydroalcooliques fait par les étudiants de l’école supérieure de polytechnique de l’université Cheick Anta Diop

Ces nouvelles initiatives poussent le gouvernement camerounais à envisager une production locale et massive de masques, de gels hydro alcooliques et d’autres matériaux de lutte contre le virus.

Partout dans le monde, ce sont les dirigeants qui se déploient pour trouver les solutions dans la lutte contre le Covid-19. Au Cameroun par contre, c’est la jeunesse qui est au cœur de cette bataille. A travers son engagement, la jeunesse camerounaise a démontré à son gouvernement qu’elle est synonyme de mobilité, de dynamisme et d’innovation.

Nous espérons qu’à la fin de cette pandémie, le gouvernement camerounais comprendra qu’on ne peut jamais bâtir un pays sans sa jeunesse. Il est toujours souhaitable de les associer dans toutes les décisions importantes qui concernent l’avenir de leur pays. Car, ils sont le moteur d’un redémarrage économique politique et social. Cette jeunesse est le Cameroun de demain. Le véritable fer de lance de la nation !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici