En plus des nombreuses bases militaires déjà présentes en Afrique, c’est au tour de la Russie de déposer ses valises sur le continent.

Depuis quelques semaines, la coopération russo-africaine commence à se concrétiser. En effet, la Russie a convenu avec six pays d’Afrique de l’installation de ses bases militaires. C’est ce qui ressort d’une annonce diffusée par le média allemand BILD.

Ces pays en question sont : la république centrafricaine, l’Egypte, le Soudan, Madagascar, l’Erythrée et le Mozambique.

S’agit-il de la nouvelle stratégie de reconquête de l’Afrique par la Russie ? Analyses et décryptages dans cet article

Russie-Afrique, un partenariat d’antan

La présence russe sur le sol africain remonte à plusieurs années. L’histoire nous apprend que ce pays a eu l’opportunité de s’introduire en Afrique depuis les années 50. Encore connue sous la dénomination de L’URSS, durant son séjour, ce pays a voulu rivaliser avec les autres puissances (France, Allemagne, grande Bretagne…) qui, pour la plupart, avaient déjà occupé tous les lieux.

Face à cette difficulté de s’installer véritablement sur ce continent, la Russie, a fini par ne pas trop « forcer » l’initiative. Aussi, la dislocation de l’URSS en 1991 fragilisa ses accords de coopérations qui pour la plupart sont restés en veilleuse.

Consciente de l’utilité de sa présence, elle décida de relancer une nouvelle manœuvre de « reconquête ». C’est dans ce sens qu’elle a réussi à organiser un grand sommet qui a accueilli de nombreux chefs d’États et de gouvernement africains.

Russian President Vladimir Putin (R) shakes hands with Central African President Faustin Archangel Touadera (L).

Détours sur le récent sommet de Sotchi

Organisé du 22 au 25 octobre 2019 en Russie, le sommet de Sotchi a favorisé la rencontre de plusieurs chefs d’États et hauts dirigeants africains. Ce sommet a été honoré par la présence de la quasi-totalité des dirigeants africains. Ayant eu l’opportunité d’échanger en tête à tête avec Vladimir Poutine ou encore avec Dimitri Medvedev, il était question pour eux de passer en revue les thématiques telles que la politique, l’économie, l’éducation, la technologie etc…

Sur le plan militaire, la Russie a voulu présenter ses multiples offres aux africains afin de rentabiliser et de profiter réciproquement de ce sommet.

Coopération militaire, principal centre d’intérêt

Considérée parmi les grands fournisseurs d’armes en Afrique, la Russie a misé presque tout son pari dans le domaine de l’armement en Afrique. Ayant décroché le titre du premier exportateur d’armes en Afrique jusqu’à ce jour, ce pays tend à élargir cette coopération sur d’autres plans tels l’économie, les mines, le numérique…

En fait, en 2017, vingt pays africains avaient signé des partenariats dans le domaine de l’armement. A ce jour, ils sont nombreux, ces pays africains qui ont décidé de s’engager envers les russes.

Un intérêt stratégique pour l’Afrique ?

Ces accords qui ont été passés ces dernières semaines, sont-ils vraiment exempts de tout soupçon ? Si pendant longtemps la Russie n’avait pas de telles initiatives, elle revient en force sur le continent.

Le fait d’établir ces bases militaires un peu partout en Afrique n’aura-t-il pas un impact sur les populations locales, sur les gouvernements africains ? Ces bases qui verront le jour devront être perçues avec méfiance par nos chefs d’États. A côté de ces partenariats militaires, viendront sûrement d’autres enjeux qui pourront entrainer l’Afrique dans un gouffre économique et social.

Quoi qu’il advienne, la vigilance et la précaution doivent constituer le pilier du comportement des africains face à ces occidentaux.

Initiative conflictuelle pour les autres bases occidentales installées ?

Comment entrevoir cette mise en place des bases militaires russes tout en sachant que de nombreux autres pays européens y ont déjà élu domicile en Afrique ? Serait-ce une sorte de concurrence stratégique à l’encontre des bases françaises ou américaines présentes dans presque tous ces pays d’Afrique ?

Pour tout dire, cette initiative russe servira surement de tempérament pour les autres bases installées. Quel qu’en soit les motifs et les raisons de leur présence, toutes ces multiples bases militaires occidentales transforment le continent en un vaste champ où se déploient des rivalités occidentales.

communauté internationale en Afrique Pan-Eco

L’Afrique serait-elle devenue le sol des affrontements militaires ?

À travers ce scenario déjà engagé depuis plusieurs années par les premières bases militaires en Afrique, ces occidentaux ont transformé le continent en terrain d’entrainement où pourront retentir des tirs ; au-dessus duquel survoleront des drones, des avions militaires en permanence.

En effet, par ces multiples engins militaires, ils transforment ce continent en champ de bataille. Ils considèrent notre continent comme une contrée où seuls doivent raisonner le son des armes et le retentissement des chars ou encore le déploiement des troupes combattantes.

Face à tout cela, il est temps pour les africains de s’organiser, dialoguer et surtout résoudre pacifiquement leurs différends. Au lieu de permettre aux occidentaux de venir nous dominer, restaurons notre image et déposons les armes.

L’Afrique doit se passer de ces partenariats qui tendent à faire d’elle un continent où la restauration de la paix devrait se faire par les armes. Pour ces occidentaux, ils profitent par leur présence militaire pour nous espionner et nous sacrifier le moment venu. Il est temps que nous nous organisions afin de répondre économique et stratégiquement.

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici