Ne vous êtes-vous jamais posé la question de savoir comment a été créé le quartier dans lequel vous habitez ? D’où lui vient son nom ? Et pourquoi on lui a donné ce nom et pas un autre ? Que dire alors des quartiers voisins ? Dans cet article, nous vous présentons en détails les origines de votre quartier, ainsi que de tous les quartiers populaires de la ville de Yaoundé. Après avoir lu attentivement cet article vous pourrez vous vanter de connaitre l’histoire de la ville de Yaoundé auprès de vos voisins et de vos proches.

Cathédrale Yaoundé en 1960 / Copyright DR

Bon à Savoir : Cet article sur l’origine des noms de quartier de Yaoundé est le fruit d’un travail de recherche de longue haleine du feu Professeur Jean Baptiste Obama et de Dominique Obama. Il est tiré du site Ongola.com. Au vu de la longueur de l’article, nous vous le présenterons en plusieurs parties. Alors cliquez sur la petite cloche bleue et abonnez-vous, afin de rien manquer des parties à suivre. Bon appétit !

Une légende raconte qu’autrefois, les populations Ewondo, venant de la région des savanes traversèrent le fleuve Yom (actuel Sanaga) sur le dos d’un énorme serpent et occupèrent les différentes collines où se dresse aujourd’hui Yaoundé, la ville aux sept collines (il y en a plus), la capitale de la République du Cameroun. En 1889, les allemands, remontant de la côte (Kribi) fondent un poste militaire sur ce site. Puis en 1909, le poste devient une solide enceinte fortifiée que les populations locales appellent ONGOLA (clôture en Ewondo, la langue locale) devenu synonyme de la ville de Yaoundé.

 Quant au nom Yaoundé, il est dû selon toute vraisemblance aux explorateurs allemands qui, interrogeant les populations locales auraient mal noté leur nom Yéwondo en Yaundé. L’erreur des allemands est restée. Et avec la colonisation française, Yaundé est devenu Yaoundé. Yaoundé connaît un essor très rapide après l’indépendance en 1960 ; ce qui imposa un remodelage de son urbanisme pour lui donner le visage d’une capitale moderne. Non seulement on y aménagea de nouvelles voies de communication, mais on y bâtit toute une série d’édifices à l’architecture futuriste : le monument de la réunification en forme de tiare, l’immeuble en pain de sucre du ministère des PTT, le toit en pomme de terre de l’immeuble de la CNPS , le stade Omnisport, le palais des congrès, le nouveau palais présidentiel, etc…

Après ce bref aperçu de l’histoire de la ville de Yaoundé, intéressons nous à présent aux origines de ses quartiers les plus populaires.

Partie I : LES NOMS ANCIENS

Par noms anciens nous entendons les toponymes antérieurs à la période coloniale ou alors ceux qui sont nés pendant la colonisation mais qui ne dépendent pas du phénomène colonial. Il s’agit pour la plupart , des noms de villages qui existaient dans la région avant 1888 date de l’arrivée des européens à Yaoundé. Ces noms peuvent être géographiques, liés aux lignages, ou alors historiques. Notons que l’étymologie de tous les noms que nous donnerons est la traduction des mots de la langue Ewondo.

A-Les noms géographiques


Dans le groupe de noms géographiques, nous retenons tous les noms dont les termes renvoient aux éléments du cadre naturel de Yaoundé. On y trouve une gamme de toponymes qui font référence au relief, à la végétation, à l’hydrographie et à la faune.


1) – Les noms liés au relief


Ils sont surtout précédés du vocable « NKOL » (colline en langue Ewondo) qu’on rattache au nom de personne, d’animal ou de chose. Ces noms témoignent de l’existence des différentes collines qui perturbent ça et là, la monotonie du relief de la capitale. Nous avons les toponymes suivants :


° NKOLNDONGO :


Littéralement Nkolndongo signifie « colline de Ndongo ». Ce toponyme vient de deux termes : «NKOL» qui veut dire «colline » ou « montée » et «NDONG» qui signifie «ravin» en Ewondo. Ce nom a été mal écrit par les blancs qui, au lieu d’écrire « Nkol-Ndong » comme prononçaient les autochtones, ont plutôt écrit «Nkoldongo» d’où l’appellation actuelle de ce quartier. Ce toponyme a pour origine, la colline d’accès difficile qui actuellement, est située derrière le lycée de Nkolndongo.

lycée Nkoldongo, Yaoundé

Selon nos informateurs, cette colline entaillée par un ravin dangereux, faisait peur aux populations qui n’osaient pas la grimper au risque de se retrouver au fond de son ravin. « Nkol Ndong » symbole d’un lieu dangereux est finalement devenu le nom de tout un village abritant les populations autochtones suivantes : les Emombo majoritaires, et les minorités Mvog Mbi et Mvog Ada.

° NGOK EKELE ou NGOA EKELE


“Ngoa Ekélé ” en langue Ewondo signifie en langue littéralement « pierre suspendue ». Il vient des mots – NGOK – ou – NGOA – qui signifie pierre ou rocher et – EKELE – adjectif qui signifie suspendu. Ngoa Ekélé localité où est située l’université de Yaoundé I, dominée par le plateau Atemengue, était très accidentée avec des rochers (« Ngok ») dangereusement accrochés sur les pentes des collines et des vallées comme s’ils allaient tomber et écraser les gens. De nos jours, l’on peut encore apercevoir certains rochers dans certains endroits de la localité malgré l’aménagement urbain qui a modifié les pentes des vallées qui dominent encore le relief du plateau Atemengue.

à suivre dans la partie 2 : Les noms de quartiers liés aux cours d’eau (origines des quartiers biyem-assi, Djoungolo, messa, melen, olezoa,bastos etc…)

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici