Malgré la pandémie du coronavirus et ses corollaires, la fête de la musique a été célébrée hier dimanche 21 juin, dans plus de 100 pays sur la planète.

Depuis 1982, le Cameroun se joint au reste de la communauté internationale pour célébrer tous les 21 juin cette fête. Cette année, plusieurs shows en ligne ont été diffusés sur internet, afin de respecter les mesures édictées par le gouvernement et l’Oms.

Mais qu’en est-il du statut de l’artiste camerounais ?

Le SYNAMURCA (Syndicat National des Acteurs de Musiques Urbaines du Cameroun), Affiche clairement sa volonté de restructuration et revalorisation du secteur musical au Cameroun. Ceci par le rassemblement de toutes les parties prenantes. Annonçant ainsi par la voix de son président Paul Edouard G. ETOUNDI ONAMBELE (Krotal) : L’organisation Des États Généraux De La Musique Du Cameroun, Prévus Du 21 Au 26 Juin 2021, Au Palais Polyvalent Des Sports De Yaoundé.

La survenue et l’impact du covid-19 dans l’industrie musicale au Cameroun, a sonné comme un cri d’alerte face au statut précaire des artistes, décidés cette fois-ci à y mettre un terme.

« Nous avons la conviction que nous vaincrons la pandémie Covid-19, et que les acteurs de musique, comme les sympathisants qui affectionnent la profession, poseront les bases d’une Industrie Musicale Nationale, pour le mieux-être d’une majorité des secteurs connexes. » a déclaré l’artiste KROTAL, Président National du SYNAMURCA, (Syndicat National des Acteurs de Musiques Urbaines du Cameroun) lors de l’annonce de cet évènement qui, on espère cette fois-ci réformera réellement l’univers musical camerounais.

Affaire à suivre...

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici