Début février,  ce projet a été au  cœur des séances de travail au ministère du commerce en vue de promouvoir le made in Cameroun. Son promoteur Serge Ngassa  est un maître chocolatier. Cet artisan fait des merveilles avec les fèves du  terroir à cocoa valley. Son entreprise est installée en Haute-Savoie en France. Ses produits sont dégustés en France, Belgique et dans d’autres pays d’Europe.

Plus value

Ce projet de construction  d’une usine de chocolat au Cameroun vient à point nommé dans un marché hautement concurrentiel, et détenue en majorité par des multinationales étrangères. Pour Serge Ngassa, il est question là de développer sa marque Cocoavalley au Cameroun. De permettre aux Camerounais de déguster un produit du terroir avec des notes gustatives qui sont uniques et surtout de qualité, répondant aux chartes d’hygiène. Avec en objectif la formation et la génération d’emploi pour la jeunesse.

Toutefois, Notons que la dernière saison cacaoyère s’est soldée sur une note décevante d’après les statistiques publiées par l’Office national du cacao et du café (ONCC) . 2020 a été fortement marquée par la baisse des ventes tant local que International. La production totale commercialisée est de 257 .151 tonnes contre 264.253 tonnes sur l’échelle2018-2019. Soit une baisse de plus de 700 tonnes.

En somme ce sont 197 537 tonnes de cacao qui ont été vendus à l’international. Ce qui représente une régression de 17 288 tonnes en comparaison des 214 825 tonnes précédemment exportés. Lesdites quantités ont été principalement acheminées vers la Hollande ( 62,3 %) , la Chine ( 9,8%), la Malaisie(8,2%) , l’Indonésie( 6,2%) et l’Allemagne ( 5,3%). 

production cacao adamaoua

Cependant, la région du Centre reste en tête des principaux producteurs. Localement, 60405 tonnes ont été transformés par plusieurs industries parmi lesquelles sic cacao , chococam , Néo industry et Ferrero.

En tant que 3eme pays producteur de cacao en Afrique, le Cameroun doit travailler sa qualité,  pour rendre  son cacao excellent. Pour cela, il faudra miser sur une bonne fermentation des fèves qui relève l’arôme du cacao et cela via la promotion des centres d’excellence de traitement post_ récolte. Le second  challenge demeure également  dans la maintenance d’un prix décent du kilogramme de cacao en vue d’éviter un déphasage dans le revenu du producteur.

Pour le moment, nous disposons pas encore de plus détails concernant la future implantation de Cocoa Valley au Cameroun. Mais nous continuons d’enquêter.

Nous y reviendrons



LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici