Après plusieurs mois de tension financière Neo industry et SCB trouvent enfin un terrain d’entente. L’usine de production Neo industry et son partenaire bancaire SCB  sont en phase de réconciliation. Au cœur des échanges, le remboursement de l’emprunt contracté. Désormais le silence appartient au passé car les deux partenaires ont signés un protocole d’accord transactionnel.

La procédure de démontage suspendue

Le protocole signé entre Emmanuel Neossi , promoteur de cette agro-industrie et SCB Cameroun le pourvoyeur de fonds vient mettre un terme aux discordes. Dans les détails, l’entreprise s’engage à effectuer plusieurs versements mensuels jusqu’à épuisement de sa traite. D’après nos confrères d’écomatin, un premier versement de près de 200 millions aurait déjà été effectué.

En contrepartie SCB Cameroun accepte d’abandonner son projet  de démontage de l’usine et de cesser toutes procédures judiciaires contre son partenaire.

Pour rappel, cette situation de détresse est due à l’accumulation de plusieurs mois d’impayés et à la pression de la commission bancaire d’Afrique centrale ( COBAC).

Notons que cette tracasserie a vu le jour en 2020 lorsque la filiale locale d’Attijariwafa Bank a été contrainte au recouvrement forcé d’un crédit de 13 milliards de FCFA octroyé au promoteur de Neo industry, opte pour une mesure radicale. Le banquier envisageait alors de démonter l’usine et de la revendre afin de se faire rembourser.

A propos de Neo industry

Situé à l’ouest Cameroun  l’usine Néo industry de Kekem a été inauguré le 26 avril 2019 via un financement de 54 milliards . Dotée d’une capacité de 32.000 tonnes celle-ci n’a transformé que 4.286 tonnes de fèves au cours de l’année 2019_ 2020, d’après les statistiques de l’Office national de cacao et du café ( ONCC).

Pour le groupe Neo industry, l’objectif demeure le même : assurer la pérennité et la stabilité de l’activité de transformation via son carnet d’adresse de plusieurs producteurs regroupés au sein de plus de 20 coopératives agricoles. Espérons que cette nouvelle relance permettra à cette industrie locale qui fait la fierté du Cameroun, de se relever et d’aller de l’avant vers l’atteinte des objectifs financiers annoncés il y’a quelques années.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici