Depuis la mort de Georges Floyd, assassiné par la police de Minnesota, le mouvement Black Lives Matter a connu un regain d’intérêt sur la scène politique américaine. De nombreux internautes ont participé au #Tuesdayblackout en mettant une photo toute noire sur leur profil notamment Instagram et Facebook. Fidèle à ses convictions, Kemi Seba n’est pas allé du dos de la cuillère pour tacler le mouvement. Se situant à contre-courant de la masse, le leader d’urgence panafricaine a été incompris par bon nombres d’internautes. Analyses et mise en perspective dans cet article.

Présentons d’abord les faits…

Kemi Séba déclare : « Le racisme ne disparaîtra pas. Les progressistes blancs qui vous encouragent dans cette lutte antiraciste sans issue sont ceux qui ne veulent pas que vous vous préoccupiez des réelles urgences que sont l’autodétermination et la séparation vis-à-vis du colon.

Aucune révolution ne s’est faite en prônant l’intégration à la maison de l’oppresseur.

Nos grands parents se sont battus pour la décolonisation de nos pays, pas pour que leurs petits enfants se battent pour être acceptés comme citoyens dans le pays de leurs oppresseurs. Vous n’obtiendrez jamais justice en diluant la colère noire avec les bons sentiments des blancs. On est passé de black power (autodétermination noire) à Black Live Matter (« Hey les blancs, la vie des Noirs compte ») posez-vous des questions.

En réalité loin de vouloir vivre du racisme, qu’il a abandonné depuis son expulsion de la France. Kemi Séba a compris ce que Malcolm X et Kwame Touré se sont efforcés d’expliquer au peuple noir.

Kwame Touré déclarait avant Kemi Séba :

«Si un blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir.»

La vérité est que les noirs sont le seul peuple qui gaspille énormément d’énergie espérant être aimé au lieu de se faire respecter. Si Georges Floyd était un chinois, connaîtrait t’il le même sort? Si Georges Floyd était Japonais connaitrait-il le même sort? Si Georges Floyd était Saoudien,Qatarite, connaitrait-il le même sort ? Mieux encore s’il était juif,les policiers aurait-il eu la même attitude ?  C’est cela la question qui se pose au mouvement panafricain qu’incarne Kemi Séba. Et peu de gens aiment gravir les montagnes,la majorité,la très grande majorité préfère contourner en prenant appuie sur des motifs éphémères.

Affaire à suivre…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici