Le panafricanisme est entendu comme une doctrine politique, économique et culturelle ayant pour but la libération et le développement des pays africains et noirs en particulier. Il s’agit à la fois d’une vision sociale, économique, culturelle et politique d’émancipation des Africains et un mouvement qui vise à unifier les Africains du continent et de la diaspora africaine en une communauté africaine mondiale. État des lieux sur cette idéologie considérée par certains comme une utopie africaine.

Qu’est ce qui a été fait concrètement pour la mise en place réelle de ce panafricanisme ?

Dans sa forme moderne, le panafricanisme a été incarné par des figures politiques comme Lumumba, Thomas Sankara et Mouammar Kadhafi. Ce dernier a d’ailleurs œuvré pour la mise en place de la Banque Africaine de Développement, structure de souveraineté et de solidarité économique, car l’indépendance est effectivement une question économique. Outre la BAD, l’OUA puis l’Union Africaine, s’inscrit dans la mouvance du déploiement du panafricanisme sur le continent.

Dans son expression politique, le panafricanisme est avant tout une volonté d’autodétermination. Ainsi, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo affirmait que son combat est une lutte pour permettre à ce que l’homme noir ne soit plus un marginal sur la carte de la mondialisation.

Le président Laurent Gbagbo qui a été débarqué à la suite de l’élection bouillante de 2010, avait en vue de mettre en place des structures de souveraineté visant à faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent et indépendant économiquement. Il y avait notamment la monnaie ce qui avait conduit à sa chute orchestrée par les puissances étrangères, soutien d’Alassane Ouattara

Qu’est ce qui a marché ? Qu’est ce qui n’a pas marché ?

La BAD est clairement une avancée en termes de souveraineté bien que les questions de souveraineté monétaire soient récurrentes; Contrairement à l’union africaine, dont la légitimité est aujourd’hui contestée car, bénéficiant des largesses financières de l’union européenne.

Autre avancée le mouvement de ”Year of return” organisé par le Ghana a été une réussite pour la cause panafricaine car beaucoup de personnes noires issues de la diaspora ont effectivement visité le Ghana et d’autres pays dans le but d’investir ou de s’y installer. Au rang des réussites, il y a l’octroi des nationalités aux célébrités noires américaines dont Samuel Jackson fait citoyen d’honneur du Gabon, le rappeur Ludacriss ou encore la rappeuse Cardi B qui prévoit de s’installer au Nigéria.

ZLEC

Sur le plan culturel, la mondialisation semble prendre le dessus sur le panafricanisme ceci en raison du fait que dans des nombreux pays africains, francophones notamment, le panafricanisme est tout simplement ignoré, mal enseigné et donc incompris. Par exemple pour l’ancien programme des écoles secondaires au Cameroun, il faut attendre la classe de Terminale pour avoir une idée sur ce qu’est le panafricanisme. Et donc ce qui est censé être la base est plutôt devenue un épilogue.

Les entraves au panafricanisme sur le continent et à l’extérieur

Plusieurs obstacles se dressent contre le panafricanisme sur le continent. Pour en savoir plus, nous vous invitons à télécharger dès maintenant PAN-ECO Magazine N°009, c’est gratuit ! Vous découvrirez la suite de cet article à la page 25 de votre magazine panafricain.

couverture magazine pan-eco rentrée scolaire

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire ici
S'il Vous plait Entrez votre nom ici